L’Art en guerre, Syrie 2011-2013

Est-ce par l’art que la Syrie est devenu un membre imminent du printemps arabe? Entre le régime syrien dirigé par l’ophtalmologiste Bachar al-Assad et les habitants de la province de Deraa, un simple tag a engendré une fracture irréductible.

Sur les murs d’une école élémentaire à Deraa, des enfants avaient écrit « Ton tour est arrivé docteur ». Ces enfants de Syrie espéraient que le président syrien subisse le même sort que les Ben Ali et Moubarak déchus par les vastes mouvements de contestation populaire en Tunisie et en Egypte.

Ce tag a fait tomber les masques. Le docteur Assad a révélé son double maléfique. Les sbires de Mister Bachar ont capturé et torturé les auteurs de ce geste…

Aux habitants de Deraa demandant la libération de leurs enfants, le régime y répondra par la force.

Face à cette violence sans nom, certains artistes syriens ont décidé de couvrir le malheur de leur peuple par l’art.

Ils ont ainsi les héritiers de la pensée de Picasso.

« Que croyez-vous que soit un artiste ? Un imbécile qui n’a que des yeux s’il est peintre, des oreilles s’il est musicien, ou une lyre à tous les étages s’il est poète, ou même s’il est boxeur seulement des muscles ? Bien au contraire, il est même temps un être politique, constamment en éveil devant les déchirants, ardents ou doux évènements du monde, se façonnant de toutes pièces à leur image. »

Le peuple syrien est orphelin. L’art peut-il combler cette solitude et ce sentiment d’avoir été abandonné?

Le principal topos qui se dégage des œuvres des artistes syriens, que ce soit les habitants de Kafranbel ou bien l’artiste syrien Tamman Azzam, est le délaissement du peuple syrien par la communauté internationale. 

       L’ingéniosité des habitants de Kafranbel

Kafranbel5

kafranbel-banner-november-2_12-1 kafranbel-rights-e1325160730784 BAA-accepte-de-remettre-ses-armes-chimiques2 Syria-Kafranbel-Would-Rather-Have-CW-Than-Scuds

Dans un style très proche de celui des Monty Python, les habitants de Kafranbel ont voulu présenter la chronologie de la révolution syrienne en trois minutes : http://www.youtube.com/watch?v=rGlgUU3E14Y

On retrouve la même symbolique dans les œuvres de Tammam Azzam, artiste originaire de la région de Soueida.

-Tammam Azzam, la volonté de mêler le quotidien d’un peuple avec des grandes œuvres classiques intemporelles

 Matisse, « la Danse »

 25947_489969917733897_305867009_n

Goya, « Tres de Mayo »

397551_481632448567644_370920380_n-1

Klimt, « le baiser »

428173_478561105541445_2041287565_n

Dali, « le sommeil »

 179495_530006477063574_1410632087_n

La liberté continuera de guider les peuples du Levant   : pol-scu-statue-of-liberty-by-the-syrian-artist-tammam-azzam